Blend Web Mix : Mon compte-rendu

logo blend web mix

Notre belle ville de Lyon a accueilli la semaine dernière le Blend Web Mix, la rencontre des différents métiers du web. Développement, SEO, ergonomie, graphisme, marketing et j’en passe, un vrai melting-pot de savoir-faire du web.

J’ai eu l’occasion d’y participer et je me permets donc de vous livrer mon compte-rendu, des plus subjectif !

 

L’Accueil

En un mot, top ! Une équipe souriante, avenante, présente et énergique, que demander de plus ! Il y avait une vraie passion autour de l’évènement et de ceux qui l’ont organisé. Malgré quelques cernes, le dynamisme et la sympathie étaient donc de rigueur pour notre plus grand plaisir.

La nourriture ? On en parle pas souvent mais elle a son importance ! Là aussi, les pauses déjeuners ne nous ont pas déçues. C’était bon, varié bref, parfait pour accompagner les belles rencontres de midi.

Sans oublier bien entendu les essentiels cafés du matin et des différentes pauses de la journée qui ont bien été de la partie (vous voyez ça vole haut ce CR…). Comme on dit, pas de café, pas d’échange 😉

 

Les conférences

De très bonne qualité globalement, les conférence ont été un des gros plus du Blend cette année qui du coup a bien mérité son nom. On passait d’un sujet à un autre sans se lasser. Naviguer de conférence à conférence est vite devenu un vrai plaisir. Pour faire simple (l’intégralité des conférences sera dispo en streaming sur le site du Blend Web Mix courant de cette semaine), voici mes 3 coups de coeur et mes 3 fails / déceptions.

edit 11/10/2013 : les slides des différentes conférences du Blend sont disponibles ici

 

Coup de coeur 1 > Plénière d’ouverture

Les petits plats dans les grands, une scène en format appart’ pour des échanges décontractés et une bonne ambiance. Guilhem en maître de cérémonie (à l’instar de l’équipe du Blend, il n’a pas joué dans l’économie d’efforts pendant ces 2 jours) et des premiers intervenants dont Frederic Montagnon qui ont idéalement lancé l’évènement. Un excellent premier tour de piste qui a clairement démontré aux participants l’investissement et les efforts apportés aux détails.

 

Coup de coeur 2 > Conférence « De old school à pure player, remixer son business model » par Philippe Meda

Capter 100% de mon attention pendant l’intégralité d’une conf est un petit exploit. Entre Twitter, le voisin de chaise, difficile pour moi de rester focus pendant 1h :). En l’occurrence, la conf de Philippe Méda m’a accroché de bout en bout. En quelques mots, c’est l’une des meilleures à laquelle j’ai pu assister. En excellent orateur, Philippe nous a invité à envoyer bouler tout ce que nous avons appris, à reconstruire le monde sans se contenter de micro-innover (ex: rajouter telle fonctionnalité à tel objet ou OS).

Il nous a également invité à ne pas suivre les recettes préconçues que l’on nous demande d’engloutir chaque jour. Si une recette existe, c’est qu’il ne faut pas la suivre!

J’aurai beaucoup de mal à vous retranscrire le tout mais si vous vous intéressez de près ou de loin à l’innovation (ou aux Monty Python), regardez cette conf quand elle sera en ligne. Elle était … différente. J’en veux pour exemple le livre Lean Start-Up dont j’ai entendu parler à de nombreuses reprises dans différentes conf’, en bien bien entendu, c’est un ouvrage de référence. Dans celle de Philippe Méda, ce bouquin est devenu LE truc à ne pas faire si on veut innover, l’exemple d’approche innovante qui en fait n’en est pas (car du bon sens). Ne l’ayant pas (encore) lu, je ne peux donner mon avis la dessus, je vous invite donc à le faire pour moi 🙂

 

Coup de coeur 3 > Conférence « Les techniques Black Hat en 2013 » par Paul Sanches

Cette conférence a été un plaisir de bout en bout. Il faut dire que Paul Sanches manie très bien l’exercice, mixant intelligemment astuces et humour.

Il a ainsi pu démontrer à l’assistance que le black-hat n’est pas forcément à bannir comme la peste, mais une discipline dont on peut se nourrir pour à la fois améliorer son référencement white-hat, mais aussi pour mieux comprendre les stratégies des autres, ainsi que les règles évolutives dans le temps fixées par Google. Une choses est certaine, si on est curieux et malin, il y a des places à prendre au soleil.

 

salle plénière du Bend Web Mix

 

Fail 1 > Se faire sortir d’une conf qui nous intéresse

Conférence pleine, tellement que pas mal de monde dont moi ont vite terminés par terre. Remplissage justifié d’ailleurs, car le peu que j’en ai vu s’est avéré extrêmement intéressant et riche (contrairement d’ailleurs aux a priori que je pouvais avoir en rentrant dans la salle).

Heureusement, rester par terre n’a pas duré longtemps, la sécurité, pleine d’empathie, nous a littéralement viré de la salle. On peut les comprendre, comme on peut également comprendre ceux qui ont payé le prix pour assister à la conférence. Bref, un petit #fail quand même…

 

Fail 2 > Attention aux mots

Cela peut paraitre mal placé car je n’y ai pas assisté, mais une slide que j’ai vu passer en abondance sur Twitter m’a réellement interpellé. C’est une slide issue de la conférence de Maxime Valette. Loin de moi les critiques sur sa personne (je ne le connais pas personnellement  hélas, et point de vue pro, son background parle aisément pour lui) mais cette slide en question m’a paru complètement déplacée. Ce qui m’a surtout choqué, c’est les tweets d’approbations ou les « c’est bien vrai !!! » que j’ai vu passer après.

« les gens sont des cons »

Cette phrase m’exaspère, elle est tendance, ça fait classe de dire que les gens sont cons. Heureusement que nous sommes du bon côté de la barrière n’est ce pas ? Au delà des mots, un certain mépris se dégageait de tout ça.

Il faut selon moi ne pas confondre connerie et simplicité. Oui, les gens sont simples, JE suis simple, j’ai besoin de choses simples.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que par exemple, les interfaces minimalistes, les pitchs sobres et concis ont autant de succès. Attention donc aux mots employés. Faire du buzz pour faire du buzz, c’est surtout du vent. J’ai bien conscience qu’il ne faut pas tout prendre au premier degré, mais méfions-nous de la banalisation de certaines expressions irrespectueuses. Surtout, restons humbles.

Certaines discussions après cette conf’ m’ont rassuré sur le fait que je n’étais pas le seul à en être choqué.

 

Fail 3 > bullshit

Restons dans les mots, il y en a un que je ne peux plus entendre maintenant. C’est un mot tendance, anglais (bien sûr), punchy, tout ce qu’on veut. Vous avez deviné ? je parle bien entendu du mot « Bullshit ».

Pas mal de conférenciers nous ont promis des conférences sans Bulshit, avec même parfois des détecteurs à Bullshits, tantôt un pistolet, tantôt des gens du public. Bon ça va, car c’était effectivement le cas in fine 🙂

Si je peux me permettre, c’est quand même la moindre des choses de garantir des conf’ sans conneries non ? Si je fais un gâteau aux poires par exemple, dois-je me prévaloir que cette tarte est garantie sans poireaux ???

Le pire ? C’est que ce mot risque peut-être de m’échapper dans mes prochaines conversations.. Wait and see ! Je compte sur vous… 🙂

 

Au final?

Bon comme vous pouvez le voir, les déceptions ne pèsent pas bien lourd au vu des coups de coeur. L’ensemble donc, a été excellent et j’ai déjà hâte d’y retourner l’année prochaine ! J’espère d’ailleurs que vous serez de la partie !

Ne vous faites surtout pas de soucis pour la sécurité, Grégory Palayer sera encore là, sur-armé de pistolets NERF, à veiller sur vous! Un dernier merci donc à lui et toute son équipe pour la qualité de l’organisation!

 

nerf party

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply